maman5-0

maman5-0

Le classico .... amour sans faim?

Jonathan était un épisode de sa vie. Pas une série en plusieurs saisons. Ce n'était pas non plus un mauvais polar. C'était plutôt la cerise sans le gâteau. C'était son fruit défendu. Georgette ne savait plus où elle en était. Jonathan ne la voyait pas à ses cotés pour la vie. Il était hésitant, indécis. Elle aurait aimé qu'il la supplie de rester. Qu'il lui dise qu'elle était le sucre dans son café, le miel dans sa tisane. La Bonny dans son clyde .... wtf?

 

Mais trêve de plaisanteries ,Georgette ne se laisserait plus prendre au jeu de l'amour. C'était douloureux . Elle pensait parfois à Jonathan mais de moins en moins souvent. Son corps, ses yeux son souvenir se diluait. De temps à autre elle avait des réminescences.

 

Elles se souvenait de ces nuits endiablées. De leurs corps à corps effrénés. De la tension inexpliquée qui les poussait irrésistiblement l'un vers l'autre. Son rire cristalin, sa voix chaude ,tout cela lui manquait, mais désormais elle en voulait plus. Elle savait qu'elle voulait être plus qu'un épisode. Elle serait une saga ou rien!

 


17/03/2019
3 Poster un commentaire

Chui plus ta copine !?

 

Quand on ne sait plus pourquoi on est fâché parce que cela fait trop longtemps qu’on est fâché, il vaut mieux dire Stooop! in the in the Name of love, façon Diana Ross Non ?cool

 

On ne choisit pas sa famille, mais on choisit ses amis. Moi j’ai choisi depuis belle lurette, que mes amis seraient aussi ma famille et pas de discussions possibles.

Les cop’s que l’on fréquente depuis plus de vingt ans, comment dire ? Il ne devrait plus y avoir d’enguelades. On devrait groover ensemble avec ce panneau : « enguirlandages interdits ».

 

Why ,whyyyyy ?talatata Humaine Nature … Because on se connait par cœur, on ne devrait plus faire les déçus, puisqu’on se connait sur le bout des ongles.  Et puis quand on aime vraiment, on pardonne. Surtout si on a plus de plaisir que de stress, à être avec nos potos, franchement pourquoi se priver ?

 

J’ai eu beaucoup de plaisir à retrouver ma  vieille canaille il n’y a pas si longtemps. Elle a été là dans un moment clé de ma vie et j’ai apprécié. Que de temps perdu, même si la parenthèse a été nécessaire et les abcès crevés (c’est dégueu !).sealed

 

Faire le tri dans son entourage est important,cela me parait capital dès lors que certaines personnes ne vouss apportent rien et réciproquement. C’est ainsi, même si cela nous fait de la peine. Acceptons-nous avec nos défauts et nos qualitéswink. Je suis soupe au lait, démarre au quart de tour, je vocifère, je suis bien trop orgueilleuse pour reconnaitre que je peux avoir des torts, mais avec l’âge (mine de rien j-4 mois avant les 5.0) on finit par mettre de l’eau dans son vin.

 

Enfin dans sa pina coloda , son mojito, sa vodka orange …. son thé ?

 


16/03/2019
24 Poster un commentaire

CHUT! .....JE T'AIME.

Cette chère Saint Valentin qui revient chaque année tel un couperet. Ouch! l'amour ça fait mal et ça fait du bien.laughingC'est simple cette échéance,c'est  comme les rendez-vous annuels chez le dentiste on doit y passer ... ou pas. Eh oui on a beau se dire que c'est une fête hypra commerciale ,on râle quand on n'a pas le bouquet de fleurs qui va bien ou la petite attention particulère qui fait toujours plaisir. 

Mais dans le fond on le sait bien que cette fête c'est plus un stress qu'un plaisir. L'amuuur qui durrrrre tujuuur vous y croyez?!laughingsmilewink

 

Rappellez-vous les" zamours" du début, les mains moites, le palpitant en émoi ,les jambes qui vacillent  etc..

Les moindres occasions étaient un prétexte pour des "mamourages"des  #ons'embrasse, #onsekiffe et vice et versaillestongue-out.

 

Hier quand il avait un bout de pomme au coin de la lèvre hop on lui enlèvait  avec la langue. Aujourd'hui si on croise un bout de pomme balladeur , au mieux on tend un mouchoir en disant :" il y a un truc qui pendouille", au pire on le laisse pendouiller il tombera bien un jour  #usure du temps qui passe.

 

On se souvient au début en hiver quand il avait les mains sèches, on lui mettait une noisette de crème de macadamia au creux de la main et on lui massait délicatement cette dernière pendant des heures interminables le temps ne compte pas ou plus (au choix ).

 

On riait à toutes ses blagues, même celles qui aujourd'hui auraient dû mal à nous décocher un little  rictus. On s'endormait lovée contre lui dans le canapé devant la télévision. Aujourd'hui on s'endort devant la télévision mais chacun son canap' nan mais faut pas dec'hashtag espace vitalcool.

 

Au début on l'accompagne dans les dîners de collègues et on s'est mis en pilotage automatique pour être charmante et s'apprêter à être charmée. Aujourd'hui on lui souhaite "la bonne soirée"(avec l'accent du sud) et on évite de lui demander comment cela s'est passé quand il rentre, parce que décidément raconté c'est encore plus barbant  que de le vivre.

Je suis mauvaise langue....

L'amour ça s'entretient. Même si ce n'est pas évident il faut pouvoir se réinventer. Continuer à se surprendre, se désirer. Pour cela arrêter de se balader dans la maison avec une chaussette sur la tête et un pyjama en pilou pilou( ça sent le vecu). La saint Valentin ça devrait être tous les jours. On n'a pas besoin d'une date dans le calendrier pour déclarer son amour.

Ps : love u.

 


14/02/2019
3 Poster un commentaire

Make up, wake up

Le matin,je suis debout avant le coq" lui-même, lui-même". J'essaie de me lever sans déranger personne. Du coup j'avance à tâtons dans le noir. Je cherche à éviter les obstacles façon #kohlanta mais peine perdue, j'ai des bleus partout.

Direction la douche rapidooooh ! Puis je saute dans mes vêtements savemment préparés la veille. L'hiver c'est robe pull + collants ou jean blazer et chemise. Habillée parfumée, je file prendre mon bus. Pas le temps ni pour déjeuner ni pour me maquiller. De toutes les façons même quand j'ai le temps je ne me pose pas pour me maquiller. Pas besoin, pas envie ou tout simplement, je ne sais pas faire.

Mais guinguinguin ,mercredi dernier j'ai décidé de faire un petit tour chez mon amie Cessy qui est un rayon de soleil, une palette de couleurs à elle toute seule.

Elle travaille pour la marque Younique, make up , produits soins et beaucoup d'autres choses. N'hésitez pas à consulter sa page Facebook pro ,  Cessy Kca pro. Bref nous nous sommes lancées dans un avant /après.

Enfin lancées, surtout moi. Cessy m'a dit :"on va faire un maquillage que tu pourra reproduire et d'ailleurs je vais te guider". Reproquoi? Elle est d'un naturel optimiste je vous dis. Bon  ben on se jette à l'eau. Je vous previens tout de suite, rien à voir avec les "contourings" extraordinaires qui pullulent sur internet. Non c'est carrément beaucoup plus sobre et en plus je me reconnais. En tout cas nous nous sommes bien amusées . Je suis d'ailleurs prête à retenter l'expérience toute seule comme une grande à tête reposée .

 

https://m.youtube.com/watch?feature=youtu.be&v=XmxC9eSJWsQ


08/02/2019
3 Poster un commentaire

Aimer jusqu' l'impossible ?

Georgette contrairement à ce que laisse entrevoir son prénom désuet, n'était pas quelqu'un de conventionnelle. Son histoire de love avec Jonathan, elle la voulait vibrante, foudroyante, bouleversante. Bouleversée, elle l'était, mais pas par la passion dévorante, plutôt par la déception. En effet Jonathan n'était qu'un avatar. Une belle enveloppe sans surprise. Un rituel en somme. Une routine incontinente. Ce qu'elle voulait elle c'était du Pepsi dans son coca , du whisky dans son lait. Un mélange inattendu , détonnant. Au lieu de cela elle avait Charentaise et bière. Qu'était devenu son bel Apolon , musclé ,sportif inventif? Une endive séchée, un homme dépourvu de fantaisie . Plus porté sur ses prouesses intellectuelles que sur son déhanché vertigineux. Elle voulait un chevalier et se retrouvait avec une majorette. Elle voulait être transportée, mais restait désespérément au ras des pâquerettes. Quelle déception! Il avait pourtant le visage d'une belle promesse. Elle pensait: "pourquoi diable suis-je tombée amoureuse? Pourquoi diantre dois-je endurer une telle souffrance"? Puis elle se ravisait et pensait à la chanson de Gainsbourg:"la vie ne vaut d'être vécue sans amour ". Elle devait prendre une décision, elle  allait quitter Jonathan pour vivre cet amour auquel elle aspirait. 

Après tout elle méritait que quelqu'un l'aime vraiment. Faire kiffer ne lui suffisait plus . Elle ne voulait pas seulement qu'on l'apprécie , ce qu'elle souhaitait par dessus tout c'est manquer à quelqu'un. Elle souhaitait une personne qui ne puisse plus se passer d'elle.

Une personne qui pense à elle le matin en se levant et le soir en se couchant. Elle se l'était jurée, elle aurait droit, elle avait droit à sa (une)déclaration d'amour. Rassemblant ses affaires elle avança et ne se retourna pas. Rien ni personne désormais ne pouvait la retenir.

 


03/02/2019
9 Poster un commentaire